Avize

Le paradis du chardonnay au pays de la craie sans mélange...

Au départ de Chouilly ou bien d'Oiry, banlieues Est d'Epernay, piquez plein sud sur le chemin qui, par Cramant, Avize, Oger et Le Mesnil-sur-Oger mène à Vertus et vous aurez traversé la mythique Côte des Blancs, paradis des "accros" de la bulle chardonnayse. A vol d'oiseau, 15 km de long sur 700 à 1000 m de large, en tout pris de 3500 ha. Un chemin jalonné par un sextuor de crus 100% et parallèle à la ligne de fracture qui, au cours de l'ère tertiaire, a séparé le plateau de la Brie champenoise de la Côte des Blancs, révélant ainsi, pour le futur actuel, un terroir de craie pure (le meilleur) et de mames crayeuses (une alouette d'argile, un cheval de craie, presque aussi bon), en attente du chardonnay, le cépage promis.

Celui-ci a commencé d'investir la Côte des Blancs aux premiers balbutiements du champagne, à partir d'Avize et de Cramant, surtout pour son aptitude à bien prendre la mousse. Toute la Côte a suivi quand elle a compris que ce terroir était fait pour ce cépage, tant les vins étaient élégants et fins, au point d'anoblir considérablement les cuvées qui avaient le bon goût de l'accueillir pour se faire mousser A ce jour, le chardonnay couvre 96% de la Côte dont le coeur historique reste Avize et Cramant, Grands Crus des origines.(...)

La meilleure craie de champagne

Coincé entre Cramant au nord et Oger au sud, l'étroit terroir d'Avize s'allonge rectiligne sur moins de 2 km, de gauche à droite et d'ouest en est, pour venir buter contre l'antique ligne du chemin de fer local, qui marque sa limite et celle du village. La vigne (262,5 ha de chardonnay, plus un carré de 20 ares en pinot noir perdu quelque part) est orientée est-sud-est, elle démarre à 220 m sur le contrefort de la Côte et descend en pente douce sur 1500 m jusqu'à 110 m, altitude maintenue jusqu'au bout.

Le sous-sol est entièrement constitué de craie à bélemnites (accumulation de fossiles de seiches, la Rolls de la craie champenoise) d'une impressionnante profondeur dans la partie pentue. Mais elle s'amenuise dans la courte culée (partie basse de la vigne, ici moins de 500 m) de fin de terroir. Sa nature perméable, sa pente quand elle y est et le porte-greffe 41 B omniprésent, exemptent la vigne des risques de chlorose (dégâts des eaux infligés aux ceps par une humidité stagnante).

Seul point noir : les caprices de la météo : à l'inverse de Cramant, protégée par la butte de Saran, Avize subit de plein fouet les vents dominants, froids et humides des années maudites.

Un terroir de rêve

Le cru Avize n'a certes pas la "monotone" régularité du cru Cramant, mais les bonnes années (fréquentes) sont inégalables.

Vous aurez une bonne idée de la configuration du terroir en contemplant votre main gauche, pouce exclu, coude sur la table, avant-bras parallèle au buste. Les quatre doigts représentent les quatre langues de terroir du cru, séparées par des sillons d'érosion creusés lors des glaciations du ternaire et du quaternaire. Chaque langue, à l'instar des doigts, présente un versant nord extérieur et un versant sud intérieur à vendanger plus tôt car on est perfectionniste par ici. Tout est bon dans l'Avize. Nonobstant, les meilleurs lieux-dits sont au départ des doigts dans la pente, et là où les vents mauvais sont les moins virulents. Reprenez votre main : - votre petit doigt au nord du terroir, mitoyen de Cramant, meilleurs lieux-dits : Crayères, Gros Yeux, Chantereine, Voies de Chouilly, Heurtecanne, Chemins de Chalon.

Les autres grands crus de la Côte ne sont parvenus à la dignité suprême que bien plus tard, En 1920, par exemple, Chouilly qui n'a été promu 100% pour son chardonnay qu'en 1986, était encore à 85%. Les raisins d'Oiry et d'Oger se négociaient 5 centimes au kilo et, ceux de Mesnil-sur-Oger, moins de 10 centimes.

Avec le temps, tout est rentré dans l'ordre et personne en Champagne ne remet en cause le bien-fondé de ces promotions dans l'échelle des crus de la Côte des Blancs. Tous ces villages de la Côte ont en commun la minéralité, apport de la craie au jus de chardonnay, particulièrement perceptible au stade des vins clairs. Une minéralité qui les distingue des chardonnays d'ailleurs.

La hiérarchie entre les villages de la Côte s'est bâtie sur la finesse et l'élégance des crus qu'ils produisent. A ce jeu-là, les Grands Crus et quelques 1er crus mènent le bal et nous évitent la standardisation du champagne blanc de blancs.

Dans notre glossaire vineux, nous qualifions de "fin" un vin délicat, aux arômes subtils mais nets, agréablement typé et marqué par son terroir. Item., nous qualifions "d'élégant," un vin de belle finesse, harmonieusement équilibré entre typicité de cépage et identité de terroir.

La Revue du Champagne N°17
Par Henri ELWING